Home / Fasting / Jeuner 24h: bienfait pour le corps

Jeuner 24h: bienfait pour le corps

Jeuner 24h: bienfait pour le corps

S’alimenter est indispensable pour la survie. Elle permet d’apporter les différents éléments indispensables pour le bon fonctionnement de notre organisme. Mais récemment, la pratique du jeûne intermittent notamment le jeûne de 24heures ou jeûne alternatif suscite beaucoup de curiosités et compte déjà de nombreux adeptes de tout genre et de tout âge ayant diverses motivations.

Rappelons qu’autrefois et même de nos jours le jeûne faisait partie des rites ayant un lien étroit avec les grandes religions existantes. Sa durée variait alors de quelques heures à plusieurs jours. Le corps et l’esprit étant deux entités indissociables, les effets du jeûne ne se limitent pas au niveau spirituel. Les recherches confirment qu’il a également des impacts tangibles sur l’organisme.

En quoi consiste alors cette pratique ? Il s’agit de restreindre l’apport calorique alimentaire durant un certain laps de temps en se privant de nourritures et /ou de boissons. Il peut se faire de manière intermittente ou de façon stricte. Le jeûne intermittent alterne les périodes de jeûne et les périodes de prise alimentaire tandis qu’au cours du jeûne strict, aucune prise alimentaire n’est effectuée. Dans notre article, nous allons relater les effets positifs sur le corps du jeune intermittent de 24h.

Quels sont les éléments nutritifs essentiels pour l’organisme ?

Notre corps est composé de milliards de cellules qui nécessitent un entretien continuel. Il tire les substrats essentiels pour son fonctionnement à travers les aliments que nous mangeons au quotidien. Ces substrats sont appelés éléments nutritifs. Ils s’obtiennent grâce aux concours des différents sucs ou enzymes digestifs contenus dans l’estomac et l’intestin durant le processus de digestion.De par leurs rôles, ces éléments nutritifs sont divisés en deux grands groupes : les éléments qui fournissent de l’énergie au corps et les oligoéléments non énergétiques qui jouent le rôle de cofacteurs pour  diverses réactions chimiques.

Les nutriments fournisseurs de l’énergie

L’énergie apportée par les aliments est quantifiée en calorie. Le besoin calorique pour faire fonctionner correctement l’organisme varie en fonction de l’âge et des activités physiques journalières de chaque individu.

En tête de liste des nutriments précurseurs de l’énergie se trouve le glucide regroupant les sucres complexes. Le glucide appelé aussi hydrate de carbone consiste en de nutriments contenus dans les cellules végétales ou celluloses. Le glucose qui est la principale source d’énergie pour le corps et le substrat essentiel pour notre cerveau est obtenu à partir du glucide. Le glucose est stocké dans le foie sous forme de glycogène. La quantité de glucides circulant dans le sang est appelée glycémie.   Le glucide est retrouvé dans de nombreux aliments à base de blés, de riz, de maïs, les tubercules, les sucres de canne ou de betterave, le miel et sans oublier les fruits.

Les protéines aussi sont sources majeures d’énergies. Ils entrent en jeu dans la réparation, construction et renouvellement des cellules. Ce sont des macromolécules faites d’assemblage d’acides aminés.  Il existe deux types de protéines : les protéines d’origine animale et les protéines d’origine végétale. Les sources de protéine d’origine animale sont les produits laitiers, les œufs, la viande, les poissons, les crustacés. 

Les protéines végétales sont présentes dans les arachides, les noix, le soja et ses dérivés et les légumineux

Un autre fournisseur d’énergie: les lipides. Les lipides ou matières grasses d’une part fournissent les acides gras essentiels pour l’organisme et d’autre part transportent les vitamines qui sont liposolubles (A, D, E, K). Ces sont les constituants principaux des membranes cellulaires et aussi une source de chaleur pour notre corps et sont indispensables pour le bon fonctionnement du cerveau  notamment les neurones.

Il existe deux types de matières grasses : les acides gras saturés sources de cholestérol et les acides gras insaturés sources d’Omega 3 très bénéfique pour le système cardio-vasculaire. Les sources de lipides insaturés sont essentiellement les poissons et les noix.

Les oligoéléments

Les oligoéléments sont constitués par les vitamines et les différents minéraux.

Les vitamines existent sous deux formes : les vitamines hydrosolubles et les vitamines liposolubles. Ils entrent en jeu dans les métabolismes cellulaires et sont des antioxydants puissants. Ces vitamines sont contenues dans les fruits et légumes, les abats, etc.

 Les minéraux essentiels sont le calcium composant principal du tissu osseux, magnésium,  sodium,  chlore,  potassium,  fer,  zinc, manganèse, fluor, sélénium, etc. Un apport en infime quantité journalière de ces oligoéléments suffit à l’organisme pour fonctionner convenablement. Dans le cas contraire, une carence pourrait engendrer divers troubles.

Les autres éléments indispensables sont l’eau qui assure le transport des éléments nutritifs et les fibres provenant des végétaux qui améliorent la digestion.

Pour préserver notre santé, il est impératif d’apporter tous les éléments nutritifs dont notre corps a besoin. Il suffit d’adopter une alimentation saine et diversifiée.

Organisme et jeûne alternatif

L’organisme réagit au jeûne par diverses réactions internes. Nous allons les détailler dans cette partie.

Comment entamer un jeûne alternatif ?

Le jeûne alternatif consiste à ne rien manger c’est-à-dire à priver l’organisme des principaux éléments nutritifs cités précédemment pendant une période de 24 heures. Cela ne signifie aucunement pas qu’on ne va rien prendre toute la journée. Prenons quelques exemples : jeûner à partir du petit déjeuner ou du déjeuner en cours jusqu’au petit déjeuner ou du déjeuner du lendemain. L’intervalle entre les repas devrait être strictement égal à 24 heures. La prise de boisson non calorique est fortement recommandée. Toutefois, la restriction ne devrait pas se faire au hasard. Le choix du type de restriction alimentaire dépendra avant tout de l’objectif individuel ou des recommandations des nutritionnistes, médecins ou diététiciens. Une préparation physique et psychologique au préalable est fortement recommandée et le jeûne alternatif ne devrait pas être répété plus de deux fois par semaine.

Par quel mécanisme le corps compense-t-il les lacunes en substrats énergétiques?

Au cours des premières heures de jeûne, notre organisme utilisera encore les énergies provenant de la digestion des derniers repas. Puisque le corps ne reçoit plus les apports nutritifs dont il a besoin pour fonctionner convenablement ; des cascades de réactions vont se suivre. Ces réactions biologiques servent à pallier le manque dont la finalité serait de préserver l’homéostasie interne.

Le glucose est le premier substrat essentiel utilise par notre corps. Il est source d’énergie, car il permet d’alimenter notre cerveau et notre muscle. Sans apport, les réserves sont mobilisées. Rappelons que le glucose est stocké en grande partie dans le foie et une certaine quantité est disponible dans nos muscles sous forme de glycogène. C’est une forme inactive de glucose. Pour que le glycogène puisse se transformer en forme active utilisable, il devrait subir une réaction qu’on appelle glycogénolyse.

Outre la voie principale qui est la réaction de transformation du glycogène, le corps dispose aussi d’autres alternatives pour l’approvisionnement en glucose. Il s’agit du catabolisme des protides et des lipides qui va prendre uniquement le relais qu’en cas d’épuisement total de réserve de glycogène disponible. Dans des cas extrêmes le corps cétonique, supplantera le glucose pour nourrir le cerveau et les muscles.

Que se passe-t-il au niveau cellulaire ?

Selon plusieurs recherches, le fait de procéder à une restriction alimentaire durant 24 heures permettra à nos cellules de s’”autonettoyer”. Le jeûne inhibe d’une part la sécrétion de l’hormone mTOR et d’autre part favorise la sécrétion importante de l’hormone AMPK. Le nombre des mitochondries contenu dans les cellules s’accroit grâce à l’action de l’hormone AMPK. En conséquence, il y aura une baisse du stress oxydatif par amélioration de la respiration cellulaire. Par manque de substrats, au lieu de synthétiser les protéines, les cellules ingèrent les éléments défaillants qui les constituent par l’intermédiaire des mitochondries. Ce phénomène est appelé autophagie.

Quels sont alors les bienfaits du jeûne de 24heures ?

S’adonner à la pratique du jeûne alternatif s’avère le plus souvent très pénible, cependant les conséquences positives qu’il engendre sur notre organisme ne sont pas à minimiser tant il contribue à améliorer notre santé en général.

La perte de poids

Oui, le jeûne est l’une des principales alliées de ceux ou celles qui ont des bourrelets et des kilos en trop et qui veulent les débarrasser en un laps de temps. Combiné avec des séances d’exercice physique ciblé, il permet d’obtenir un IMC dans les normes. Les réserves de graisse en sus sont brulées et transformées en carburant pour faire fonctionner l’organisme en cas de restriction des glucides induite par le jeûne alternatif.

Le drainage des mauvais cholestérols

Un taux élevé de mauvais cholestérols dans le sang est péjoratif, car il pourrait engendrer un accident cardio-vasculaire fatal. Ces cholestérols bouchent la lumière vasculaire par la formation des plaques d’athérome et réduisent la vascularisation des organes entrainant leurs souffrances.  La pratique régulière du jeûne participe à réduire la probabilité de développer ces évènements cardio-vasculaire. Le jeûne aide à réduire les apports et catabolise les cholestérols qui s’accumulent.

Élimination des toxines

Notre organisme est assimilé à une usine qui produit des substrats indispensables à sa survie à partir des éléments nutritifs issus de la digestion des aliments diverses et en même temps il y a production des déchets (urée, acide urique, etc.). Au cours du jeûne, il y aura une nette amélioration de la capacité des reins à filtrer et à éliminer ces substances nocives et le corps ne peut qu’en tirer profits (normalisation de la pression artérielle, réduction de la survenue des crises de goutte par élimination des acides uriques, etc).

Au niveau du tractus digestif

La restriction  alimentaire pour une durée de 24 heures assure la purification du tractus digestif. Lors de sa mise en repos, l’estomac évacue les résidus d’aliments. Les intestins éliminent facilement les matières fécales. La digestion est ainsi améliorée, il en est de même pour l’absorption des nutriments au niveau intestinal.

Au niveau des organes nobles

Les organes nobles tirent des avantages du jeûne intermittent. Parmi ces organes nobles, le cerveau qui est surtout protégé contre les pathologies dégénératives telles que la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer. Le processus de vieillissement des neurones est inhibé par l’AMPK qui encourage la baisse du stress oxydatif et conjointement le  renouvellement cellulaire. Au niveau du cœur, le risque de développer un infarctus tend à diminuer chez les sujets qui choisissent de pratiquer régulièrement le jeûne intermittent.

Amélioration du bien-être

Un jeûne bien conduit aurait un effet psychologique positif, car il améliore l’humeur. Un bien-être psychique aurait une répercussion somatique telle qu’une amélioration de l’aspect des phanères : peau plus éclatante, cheveux soyeux et vigoureux.

Quelques impératifs à suivre pour un jeûne intermittent réussi

Même si la pratique du jeûne a le vent en poupe et recèle de nombreux avantages pour notre corps, elle pourrait être source de désagréments de par la restriction des substrats énergétiques chez certains individus. Cela est dû à l’inégalité de l’âge, de l’état nutritionnel, de la corpulence ou tout simplement de l’état de santé.

Ces désagréments peuvent être mineurs et se traduisent par une fatigue, des  maux de tête, des vertiges, une mauvaise haleine. Des fois, le pronostic vital est engagé suite à une défaillance cardiaque par  anomalie du rythme ou une souffrance cérébrale (le cœur et le cerveau étant très avides de glucose). Ceux qui adoptent le jeûne sur le long terme pourraient être sujets à des hypotensions artérielles ou confrontés à des problèmes de fonte musculaire.

Pour entamer un jeûne, l’idéal serait donc de demander avant tout le feu vert et un suivi strict de la part des personnels compétents avant de vous embarquer dans l’aventure si vous voulez obtenir un résultat satisfaisant.

Le jeûne n’est pas recommandé pour les enfants, les femmes enceintes, allaitantes ou les personnes souffrant de pathologies chroniques telles que le diabète, le cancer, des pathologies de la thyroïde ou qui prennent des médicaments au long cours.

Pour les personnes qui désirent s’y lancer sans le suivi des professionnels, assurez-vous d’adopter quelques bons gestes : réduire progressivement, mais non de façon brutale la quantité des aliments, ne pas oublier de s’hydrater correctement tout au long du processus, de ne pas s’efforcer de continuer si vous n’arrivez pas à supporter les désagréments, de reprendre de manière progressive les aliments sains et équilibrés.

 Le but ultime étant de jeûner sans préjudice et de tirer le maximum de profit de cette expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Enregistrer
Tweetez